La 1ere plate-forme Algerienne de partage
Creer un compte | Se connecter | Help
Accueil
Mes Videos   |   Mes Favoris   |   Ma liste   |   Mes Groupes   |   Mon Profile
   
Autres Tags: ArchivesAlgeriennes Algerie Algeria président Ben Bella Kennedy USA america united histoire archive nations unis cuba castro GPRA Alger Tlemcen maroc white house bush obama hassan II Maison Blanche independance victoire France Armée de gaulle Boumediene Tunisie conflit guerre dossier paris revolution Paris Maroc Kabylie Islam Musulman 1954 2008 nasser tito oujda tizi ouzou Bouteflika Sarkozy idéologie francophone Algiers Oran Constanine الجزائر حرب تاريخ فرنسا Algeria Algerie Extrait cheikh Bouamama athmane arioute résistance populaire FLN guerre Algérienne rebellion moudjahid martyre mini armée coloniale algerien bataille film trailer movie cinema acteur patriotr Histoire sketch matoub kabyle musique rai cheb talyani bilal hasni khaled mami blanc alger France integrisme immigration musulmane islam archives Paris berber arabe amazigh Maroc Entv tv Kabylie tunisie video clip Oran الجزائر فرنسا المغرب تونس Algerie Extrait Rouiched Sid Ali Kouiret Thala résistance populaire FLN guerre Algérienne village rebellion moudjahid libération martyre mini armée coloniale algerien bataille film trailer movie cinema acteur patriotr Histoire sketch matoub kabyle musique rai cheb talyani bilal hasni khaled mami blanc alger France integrisme immigration musulmane islam archives Paris berber arabe amazigh Maroc Entv tv Kabylie tunisie video clip Oran الجزائر فرنسا المغرب تونس Habibob et le Théatre Dz
Classer par: Pertinence - Date - Titre - Visualisation - Evaluation
Search // populaire
Resultats 1-5 sur 5 pour ' populaire ' (0 seconds)
Le Président du Conseil algérien, Ahmed BEN BELLA a été reçu à la Maison Blanche par le Président américain John KENNEDY -BEN BELLA descend de voiture accueilli par Kennedy qui lui sert la main et le présente aux personnalités réunies pour cette occasion. -Parmi la foule, on aperçoit Jackie KENNEDY portant un enfant dans ses bras. -Discours de Kennedy Liberation National Colonel Amirouche Boumediene GPRA FLN ALN Ait Ahmed Krim Belkacem Larbi Ben Mhidi Bella moudjhid Amazigh Berber Algerien Algerienne Algeriab Algiers Musique Sahara Arabe Islam Musulman Allah soustelle El Watan Pays Liberte Francophone Guerre Histoire Adrar Chlef Laghouat Oum-El-Bouaghi Batna Bejaia Biskra Bechar Blida Bouira Tamanrasset Tebessa Tlemcen Tiaret Tizi-Ouzou Alger Djelfa Jijel Setif Saida Skikda Sidi-Bel-Abbes Annaba Guelma Constantine Medea Mostaganem M'Sila Mascara Ouargla El-Bayadh Illizi Bordj-Bou-Arreridj Boumerdes El-Taref Tindouf Tissemsilt El-Oued Khenchela Souk-Ahras Tipaza Mila Ain-Defla Ain-Temouchent Ghardaia Histoire Archive Memoire Hier Aujourd'huis Passé Présent Avion News De Gaulle Informaion Journal Press 1november 1954 20 aout 1955 56 11 dicembre 1961 19 mars 5 Juillet 1962 force Arme Anp Populaire Frontiére president roi mohamed V habib bourguiba jamal abdel nasser hassan 2 torture génocide extermination peupleProtection Teretoire Indépendance Fin de Revolution Documentaire Journal Libre Accord d'Evian War Abane Ramdan françois mitterrand guy mollet general salan yacef saadi ali la pointe boudiaf mustapha ben boulaïd djamila bouhired hassiba ben bouali rabah bitat colonel amirouche Soustel Vichy occupation Légion étrangère Indochine Mohamed Dib, Mouloud Mammeri, Maled Haddad Mouloud ferhat abbas Juive Française Afrique du Nord chrétien indigènes juifs Enrico Macias juif messali el hadj Feraoun Kateb Yacine
Ajoutee: 3991 days ago par anonymous
Duree: 0m17s | Vues: 4684 | Commentaires: 0
Not yet rated
MAHBOUB BATI : De son vrai nom Safar Bati, il est né le 13 novembre 1919 et a fait ses premières études à l'école coranique où il a appris des notions en langue arabe et une partie du Coran. Sa situation sociale l'a poussé dès son jeune âge à travailler comme coiffeur, mais son amour pour l'art et la musique a été plus forte que lui. C'est ainsi qu'il s'est mis à apprendre le solfège auprès d'un artiste juif, en 17 jours. Le premier instrument musical qu'il a pu manipuler est le Cornemuse, avant que ses doigts ne se mettent à jouer du Camendja, El Oud et de la guitare. En 1937,Mahboub Bati se rend à Alger où il rejoint la troupe de Bachtarzi, pour travailler avec l'artiste M'hamed El Anka, créateur de la chanson chaâbi, en même temps qu'il rejoint la troupe de la radio nationale. Grâce à la notoriété qu'il s'est faite dans le domaine musical, il a pu participer à de nombreuses manifestations culturelles et artistiques qui lui ont donné l'occasion de se frotter à de nombreux artistes et musiciens de renommée. Durant les années soixante, Bati a inventé un nouveau style dans la chanson populaire à laquelle il a apporté des modifications qui ont fait évoluer l'art populaire authentique. Cet artiste créateur s'est initié à la composition par une première expérience avec l'artiste défunt Abderrahmane Aziz dans la chanson "Nedjma". Durant les années soixante dix, les travaux de Mahboub Bati ont eu un succès incomparable, à tel point que cette période a été considérée comme étant son age d'or artistique, à travers les chansons suivantes : "El Barah", avec El Hachelmi Guerouabi : "Rah El Ghali", avec Boudjemaa El Ankis : "Sali TrachKelbi", avec Omar Ezzahi : "Nestahel El Kia", avec Amar El Achab : "Jah Rabi Ya Jirani", avec Abdelkader Chaou: "Matahalfiche", ainsi qu'avec l'artiste Seloua et autres.Toutes ces chansons ont émerveillé par leurs paroles et leurs mélodies, tous ceux qui ont eu le plaisir de les écouter. Mahboub Bati a quitté le domaine artistique à la suite de sa visite aux lieux saints de l'Islam pour le Hadj, en 1986 et ce, jusqu'à sa mort, survenue le 22 février 2000. Il a laissé derrière lui un répertoire très riche de paroles,de compositions et de chansons
Tags // Algeria
Channels // Nostalgie Musique
Ajoutee: 4314 days ago par anonymous
Duree: 6m17s | Vues: 6454 | Commentaires: 0
Not yet rated
La résistance populaire algérienne survenue entre 1830 et 1919, est interrompue durant un demi-siècle. Cest ainsi que des tribus au Sahara, à travers les oasis, se mobilisent sous légide des héros, levant létendard de la révolte. Loccupant français procède à lélimination des mausolées, un peuple qui a évidemment de la peine à supporter lempire colonial. Cheikh Bouamama, le héro de la région du sud oranais, proclame solennellement le Djihad et dirige de violents combats contre les forces coloniales, en compagnie des cavaliers lesquels, fidèles à leurs engagement, réussissent à démentir par les armes, les propos du gouverneur général disant que lère des insurrection était close. Une fresque grand publique produite et réalisée par la télévision algérienne avec lacteur Atmane Ariouat dans le rôle de cheikh Bouamama
Ajoutee: 3981 days ago par anonymous
Duree: 6m34s | Vues: 4491 | Commentaires: 0
Not yet rated
C'est l'histoire de Thala, village Kabyle pendant la guerre de libération, avec d'un côté la présence de l'armée française, de l'autre côte un village avec des habitants engagés dans la vie dure des champs et qui peu à peu se retrouvent entraînés dans la lutte pour la libération de l'Algérie.
Ajoutee: 3981 days ago par anonymous
Duree: 9m34s | Vues: 2920 | Commentaires: 0
Not yet rated
Abdelkader Alloula est né le 8 juillet 1939 à Ghazaouet, une petite ville de lOuest Algérien. Il fréquente lécole primaire à Aïn-El-Berd et poursuit ses études secondaires jusquau baccalauréat à Sidi Bel Abbès, puis à Oran. Il interrompit ses études en 1956, quand le FLN décrète la grève des lycéens et des étudiants et sinitie cette même année au théâtre, au sein dune troupe damateurs : El-Chabâb dOran. Dans ce cadre et jusquen 1960, il participe à plusieurs stages de formation et joue dans plusieurs pièces de petits rôles, sa passion se nourrissant de la pratique. Dans un premier temps, il met en scène des œuvres dautres auteurs : El-Ghoula de Rouiched et El-Tadalis (Les Bas-fonds) de Maxime Gorki, par exemple. Puis progressivement, il réalise des pièces quil a lui-même écrites. Il fait des débuts remarqués de metteur en scène avec les sangsues (1969). Il utilisa le théâtre pour mettre à nu les maux dune société et dun système. En 1962, alors que lon fêtait lindépendance, Alloula réalise sa première mise en scène en tant quamateur avec la pièce Les captifs de plante. Alloula rejoint le Théâtre National Algérien (T.N.A), à sa création, en 1963. De 1963 à 1965, il interprète des rôles dans Les enfants de La Casbah, La vie est un songe de Galderon, Dom Juan de Molière, La Mégère apprivoisée de Shakespeare, etc. Parallèlement à son métier dacteur, il se lance dans lécriture et la mise en scène, faisant de la création son activité essentielle. Dans El-Khobza (1970), son premier grand succès, Alloula nous promène dans un quartier dOran et nous fait vivre ses trépidations et ses inquiétudes, nous raconte ses malheurs. Lannée 1972 a vu la naissance de Homk Salim, le premier monologue du théâtre algérien, une œuvre théâtrale que Alloula a adapté du Journal dun fou de Gogol. Il prend le parti de dénoncer implicitement les injustices sociales et politiques, de montrer le fossé dincompréhension qui sépare les privilégiés des laissés-pour-compte. Alloula fut majestueux et époustouflant dans ce rôle du fou, « du sage-fou », une parodie politique qui fait à la fois rire et pleurer ! Y succèdent, dans la même mouvance Hammam Rabi (1975), Hoût yakoul Hoût (1975). Il a, dautre part, participé au commentaire du film Oh ! Combien je vous aime de Azzedine Meddour en 1985. La trilogie : Legoual (1980), El Adjouad (1984) et El Lithem (1989), représente, sans nul doute, le noyau dur de lœuvre de Alloula, laboutissement dun long travail, dune recherche persévérante. En juillet 1985, El Adjouad révèle le talent de Sirat Boumediène dans le rôle de Djelloul el Fhaïmi (Djelloul lintelligent) auquel fut décerné le prix de linterprétation masculine au Festival international de Carthage. En 1993, Arlequin, valet des deux maîtres, pièce de divertissement, adaptée de lœuvre de Goldoni, clôt la création théâtrale de Alloula, comme si, avant de lancer sa dernière tirade de gouwâl et de tirer sa révérence, le dramaturge algérien proclamait les droits au bonheur, à lamour, à la vie et réaffirmait les vertus du rire pour comprendre et critiquer la société, pour maîtriser son propre destin. Comment peut-on oublier El Lithem, Ettefah et Arlequin, valet des maîtres de Goldoni ? Comment ne pas évoquer ce « généreux » qui a donné son cœur et son humour aux enfants cancéreux et aux plus démunis ? Voué entièrement à son art, Alloula, qui préparait une adaptation du Tartuffe de Molière, ne voyait pas le danger arriver. Lart dramatique laccaparait et cest sans compter sur ce jour fatidique du 10 mars 1994, en plein mois de Ramadhan, alors quil se rendait au palais de la Culture dOran où il devait donner une conférence sur le théâtre, que deux balles tirées à bout portant par deux terroristes latteignirent. Abdelkader Alloula mourut des suites de ses blessures à lhôpital Val-de-Grâce, à Paris, le 15 mars 1994. Il était considéré en Algérie et au-delà, dans tout le Maghreb, comme lauteur dune des œuvres les plus fortes et les plus populaires du théâtre algérien.
Channels // Theatre & Cinema
Ajoutee: 4043 days ago par anonymous
Duree: 2m8s | Vues: 2638 | Commentaires: 0
Not yet rated
Pages: 1  
Les chaines DZTUBE: Humour | Region | News & Media |   High TechTheatre & CinemaNostalgieMusique
DiversSport | Defence & militaire | Histoire | Politique | Tourisme
Videos de publicite | Sciences & EducationIslam & ReligionRoussoum moutaharika  
A propos    |   Help   |   Votre Annonce sur DZTUBE   |   Conditions d'utilisation   |   Droits et Vie privee   |   () Visiteurs online
Copyright © 2007 DZTUBE.com. All rights reserved.